L’année 2016 s’engage sur un frémissement de l’activité de la construction enregistrant une progression tant sur les autorisations que sur les mises en chantier.
Pour autant les effectifs de la filière ne cessent de diminuer et le moral des chefs d’entreprises ne retrouve pas d’optimisme, sans doute maintenu en négatif par une vision des perspectives d’avenir dans le flou.

Les mesures annoncées par le gouvernement en lien avec les dispositifs et évolutions liés à la Loi de Transition Énergétique devraient permettre de renforcer la tendance qui s’immisce dans les courbes.

Le soutien de la Région à travers du plan Marschall est pour notre territoire un atout sur lequel les chefs d’entreprises devraient pouvoir miser. Les mois qui s’annoncent devraient, on le souhaite, venir concrétiser la tendance positive de l’activité des marchés.

La Cellule économique a lancé l’édition 2016 de son observatoire des besoins en recrutement, enquête menée auprès d’un échantillon significatif et représentatif du tissu régional de la filière.

Les premières analyses livrées dans ce numéro permettent d’observer une inflexion de la pyramide des âges des salariés du secteur où la part des jeunes de moins de 25 ans diminue assez drastiquement et la part des seniors est en augmentation. C’est ce qui peut expliquer sur les 2 000 recrutements prévus, que plus d’un tiers des embauches le sera pour un motif de remplacement. Là encore les chefs d’entreprises expriment leurs inquiétudes sur leur capacité à recruter pour des motifs assez récurrents tel que le poids des charges sociales qui pèsent sur les emplois et la pénurie de candidats répondant à leurs attentes.

Si en matière d’effectifs salariés les 8 départements de la Région ex Midi- Pyrénées sont sur des courbes de régression quasi identiques, il n’en est pas de même sur la répartition des frémissements de relance annoncés dans les chiffres de la construction neuve où le dynamisme se focalise essentiellement sur la Haute-Garonne.