Les défis, que pose le plan de relance de la construction annoncé en Août 2014 par le premier ministre, rappellent les efforts qu’il convient de déployer autour d’une profession déjà très mobilisée, malgré une situation économique peu favorable.

Le gouvernement prévoit une enveloppe de près de 70 millions pour accompagner des programmes d’actions en faveur de la montée en compétence des professionnels, l’appropriation de l’innovation dans la mise en oeuvre de bâtiments dont les performances doivent s’accroître, prévenir la sinistralité et développer l’outil numérique à toutes les phases de l’acte de construire.

Ces défis les professionnels sont en ordre de marche pour les relever et ont réaffirmé leur engagement en co-signant la charte de mobilisation nationale et territoriale en faveur de la formation des professionnels du bâtiment pour la rénovation énergétique des bâtiments et l’appropriation de l’innovation dans la construction auprès d’autres acteurs tels que l’AQC, l’ADEME, le CSTB...

Il est important de constater que l’article 2 de cette charte réaffirme la nécessité de s’appuyer sur les compétences des cellules économiques afin d’élaborer sur les territoires une offre de formation concertée basée sur des analyses et une observation prospectives.