Avec plus de 5 550 signes RGE pour 3 640 établissements au 2e trimestre 2016, les professionnels de la construction poursuivent leur effort d’adaptation aux nouvelles exigences en matière de performance instaurées dans le cadre du plan de rénovation énergétique de l’habitat.

Les dispositifs financiers d’accompagnement sont largement mobilisés, malgré un net ralentissement du recours à l’écoPTZ. Les efforts consentis à la fois par les pouvoirs publics et les collectivités pour atteindre les objectifs de massification de la rénovation portent progressivement leurs fruits. Toutefois le but n’est pas encore atteint et il convient d’analyser les causes qui empêchent les ménages à "passer à l’action". 

La Loi de Transition Energétique prévoit le déploiement de nouvelles plate-formes de la rénovation sur le territoire. Ces outils, au plus près des particuliers, vont permettre de renforcer le dispositif existant pour apporter le conseil et l’accompagnement nécessaires à la prise de décision.

Les statistiques de fréquentation des PRIS en constantes augmentation sont la preuve évidente du besoin des particuliers, qu’ils soient occupants ou bailleurs, que le contact direct avec un interlocuteur neutre et disponible est le meilleur moyen d’entamer le parcours nécessaire à la réflexion et au passage à l’acte en matière de travaux.

La qualité des logements neufs est aussi un indicateur pertinent de suivi de la politique technique en matière d’amélioration de la performance. Les demandes de label sont en constante augmentation, signe très positif sur l’engagement des maîtres d’ouvrage pour des bâtiments de qualité.

Bientôt la réglementation thermique va évoluer pour élargir le spectre des critères de performance d’un bâtiment et associer les notions de performances environnementales, qualité et émissivité des matériaux et leur analyse en cycle de vie.

Cette réglementation donnera une orientation très forte pour aller vers des bâtiments à faible empreinte carbone. Ce qui peut paraître un objectif à long terme est en fait à échéance très courte et c’est dès 2018 que les nouveaux concepts devront sortir de terre...

Cela nous donne encore plus de légitimité à suivre les évolutions du secteur du bâtiment et venir attester de l’engagement des professionnels dans ce challenge permanent et de leur engagement à être les acteurs de ce progrès en marche...